Posts Tagged ‘universite’

L’université m’a achevée, ou les méandres administratifs du mail

Mes petits brochets emberlificotés,

Vous savez que j’ai commencé à travailler au joli mois de mai dernier pour l’université, la recherche, la science et tout ça. D’un point de vue logistique, ça a été l’enfer. Le problème, c’est que je travaille pour plusieurs structures en même temps, à parts égales entre elles sur le papier. Sur le papier d’accord, mais ça a plongé les gestionnaires administratifs dans des affres et des tourments insondables. Je ne rentre dans aucune de leur case, ou plutôt dans plusieurs, ce qui n’est pas possible avec les logiciels de gestion, donc ils ne savent pas où me mettre. Du coup, la moindre démarche prend un temps absolument délirant. Déjà en temps normal c’est pas rapide rapide, mais alors là hein, on m’a clairement fait comprendre que je cherchais les problèmes aussi, avec mon statut bizarre…

Le premier mois, on a oublié de me payer. Oui c’est pas comme si c’était important de payer les gens, hein. J’ai hérité d’un téléphone vaudou. Il a fallu 6 mois ou presque pour que j’ai un bureau sur un des sites où je bosse. Donc 6 mois aussi pour avoir un téléphone (heureusement j’ai récupéré celui de la personne avant moi, j’ai refusé de le rendre, et ils ont changé son nom par le mien dans l’annuaire). J’ai enfin obtenu une carte de cantine après un délai assez délirant. Le cocasse, c’est qu’après des semaines de demande, à une énième relance j’ai reçu une réponse hyper pète-sec m’informant que la carte était disponible depuis un moment (j’eusse dû le deviner) et que j’avais intérêt à me grouiller de venir la chercher sous 48h, et que ça saute, sans quoi elle serait détruite (j’eusse dû leur raboter le faciès avec l’agrafeuse).

Pour finir, ce matin, je me suis payé un fou rire derrière mon ordinateur, toute seule. Mais vraiment. Comme je travaille donc pour plusieurs structures, je suis sensée avoir une adresse mail pour chacune : si je veux diffuser un message à tout le département machin, je dois avoir une adresse mail du département machin pour des questions de serveur, d’autorisation et de sécurité blablabla. Admettons.

9 mois. Il a fallu 9 mois (sur un contrat d’un an) pour que j’ai enfin accès à cette adresse. Le type du service informatique est passé mardi pour me donner le mot de passe et m’aider à paramétrer la boite mail. Lui, je lui aurai bien roulé une pelle parce qu’en fait il a un peu fini par s’assoir sur les procédures : comme il y a un peu bataille d’ego, des responsabilités et de je-m’en-foutisme aux rangs du dessus, tout le monde se refilait la patate chaude en expliquant qu’il ne pouvait pas, que c’était à bidule de s’en charger, bidule disait que non parce que c’était à truc, mais truc n’a pas les autorisations donc ça devrait être chose, et moi je n’avais toujours pas d’adresse.

Mardi, enfin, le Saint Graal est atteint, j’ai même pu envoyer les vœux à tout le monde grâce à mon adresse flambante neuve. Ça a même marché du premier coup, pas de plantage général des serveurs, pas de message d’erreur énervant, bref, que du bonheur. J’étais sur un petit nuage. La béatitude incarnée en moi. Joie, bonheur. J’ai mon bureau d’un côté, mon bureau de l’autre, des téléphones (dont un vaudou, mais on peut pas tout avoir), et toutes mes adresse mails qui marchent enfin correctement. 9 mois de gestation difficile mais on y est enfin arrivé.

Ce matin, 9h, ô stupeur, dans ma boite mail, un message transféré par mon chef :

Suite à une période d’inactivité de 1 an, les comptes mails des personnes suivantes vont être supprimés dans 30 jours :

appolonie@tagadatsoinsoin-universite.fr

Sans réponse de votre part les dit comptes seront détruits, car n’ayant jamais été utilisé.

Inutile de vous dire que je suis restée peut-être 30 bonnes secondes la bouche grande ouverte devant mon écran, avant de partir dans une crise de rire semi-hystérique au cours de laquelle j’ai failli faire pipi dans ma culotte de façon incontrôlable. (Juste pour rappel, je travaille là depuis 9 mois et l’adresse à notamment servi mardi à joindre tout le département. Voilà voilà.)

… Non mais il faut le dire. Ils sont forts, à l’université. Ils sont très très forts.

ezgif-1341591801