L’impardonnable faute de goût sportive

A un moment, je ne sais pas si ce sont les effets délétères de la trentaine, je me suis mise à faire du sport, ce qui était quand même une drôle d’idée.

Mon adolescence a été une longue suite mortifiante de grands moments de ridicules, entrecoupés de réguliers passages de béquilles, plâtres et autres straps en tous genre. Ma mère avait coutume de dire qu’entre mes frères et moi, la voiture familiale aurait pu se rendre aux urgences en pilote automatique, et que l’hosto aurait quand même pu nous faire un prix de gros ou à défaut une carte d’abonnement familial (le jour où elle y est allée pour elle-même suite à un accident domestique, le chef du service a demandé quel enfant elle amenait aujourd’hui, et confronté à l’inhabituel, il a tellement ricané qu’il a failli en devenir incontinent instantanément).

Passé cette faste période d’enrichissement des industries pharmaceutiques et d’agrandissement du trou de la sécu, je me suis refusée à la moindre activité physique pendant des années. Tout ça était beaucoup trop sain pour moi, j’emmerdais notre système nombriliste à abdos découpés, les béquilles, et mon gras et moi nous portions très bien merci. Mes poumons de fumeuse aussi, non madame, je n’ai pas l’intention d’arrêter, et encore moins de me mettre à faire du sport. Et puis quoi encore. Ca va hein, 10 ans de plâtres et autres joyeusetés m’ont suffi, pas de ça chez moi. Tsssss.

Donc je ne m’explique pas trop comment j’en suis arrivée à me dire : bon, allez mémére, bouge un peu tes fesses et mets des baskets. Déjà il a fallu que je m’achète des baskets, parce que c’était un truc qui avait déserté mes placards depuis longtemps. Bonjour la perplexité en arrivant dans le magasin de sport, face à ces rayons emplis de choses fluos et hyper techniques. Sans cuir et sans talon. L’horreur. Imaginez Jacquouille la Fripouille débarquant chez Décathlon  : « Rhaaa messiiiire, un entrepôt du diaaaable, c’est tout caoutchouté et y a point de chausses talonnéééées! »

De saisissement, j’ai acquis la première paire de baskets blanches qui passait et je me suis sauvée en courant avant qu’un vendeur diabolique ne me mette la main dessus. Quelques mois plus tard, ma motivation n’ayant pas flanché (je crois que c’est ce qui m’étonne le plus), j’ai constaté qu’acquérir de vraies chaussures de bonne qualité serait plus sympa pour mon dos et mes articulations. J’ai repéré le modèle que je voulais, et je l’ai dégoté sur un site de déstockage à prix défiant toute concurrence.

Quand le colis est arrivé,  j’ai ouvert la boite et j’ai compris pourquoi elles étaient soldées à ce point là. Je veux dire… On m’a déjà expliqué que les trucs de sport étaient flashy pour qu’on soit visible de loin… Enfin quand même… Tout ce rose saumon avec ce vert menthe à l’eau, ces rayures blanches, ce fluo… je me demande : est-ce qu’à votre avis, ils recrutent chez les stylistes sportifs uniquement des gens daltoniens, borgnes et presbytes qui prennent de la drogue?

Non parce que soyons honnêtes : j‘ai vraiment l’impression d’avoir aux pieds des péniches qui auraient fauté sous acide avec un cacatoès drag queen.

 

4 Comments on L’impardonnable faute de goût sportive

  1. Iris in London
    30 juin 2015 at 12 h 51 min (2 années ago)

    Ahah! Bienvenue au club des gens qui se mettent au sport à 30 ans!
    Ce qui m’a fait le plus halluciner c’est quand j’ai repéré mes nouvelles baskets aux pieds d’une fille en grande tenue pendant la fashion week…

    Répondre
    • Appolonie
      2 juillet 2015 at 11 h 13 min (2 années ago)

      Mais alors si ça se trouve mes immondes baskets aux couleurs plutôt hideuses et surtout incompatibles entre elles sont en fait hyper grave à la mode fashionistique du jour!

      Répondre
  2. Gabrielle
    30 juin 2015 at 17 h 18 min (2 années ago)

    Oui bonjour, il nous faudrait une photo pour juger sur pièce. Ensuite je pourrais te proposer quelques tenues très seyantes pour aller avec, je constate que la créativité des styliste atteint aussi les vêtements!

    Répondre
    • Appolonie
      2 juillet 2015 at 11 h 14 min (2 années ago)

      Oui mais non parce que j’ai un peu honte en fait quand même… :p

      Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :