La question de l’augmentation

Mes petits poulets panés,

D’abord une bonne année tout ça, j’espère que le gras des fêtes qui s’était figé dans votre cerveau est un peu redescendu et que vous émergez petit à petit. Pour moi, j’avoue, c’est encore compliqué, et pourtant aujourd’hui, j’ai tellement brillé intellectuellement qu’il faut que je vous raconte ça.

Tout à l’heure, on a fait une réunion de service, et à la fin j’ai dit à mes chefs que mon contrat se terminait bientôt, et que j’aurais bien voulu savoir s’ils acceptaient de me supporter plus longtemps en me payant plus. Ils ont poussé un tas de soupir, ils se sont regardés en gonflant les joues, ils ont dit que c’était pas trop tôt que ça se termine, et que pour le renouvellement, ils ne savaient pas, hein, fallait y réfléchir. Ils ont soutenu qu’ils étaient pas masochistes, je leur ai rappelé qu’on travaillait tous pour l’université quand même, et ils ont ricané que c’était pas faux.

Après ils ont dit qu’ils allaient me poser deux ou trois questions pour être sûrs.

Ils ont été un peu désappointés, quand ils m’ont demandé ce que je ferais si on me demande l’heure et que je mange un cornet de frites. J’ai répondu que comme je ne portais pas de montre (là j’ai agité mes petits poignets nus), j’allais plonger ma main libre dans ma poche pour sortir mon téléphone portable et regarder l’heure dessus, sans renverser mes frites du coup.

Un de mes chefs a eu l’air très déçu, pendant que l’autre ricanait : « Ha bah là elle t’a bien niqué tiens, hin hin hin. »

Après ils m’ont posé une vraie question de communication et de science parce que fallait pas trop déconner non plus, soyons un peu sérieux. Une question posée le midi même par un chercheur du CNES. Un type qui travaille apparemment sur des trucs spatiaux intelligents, genre des missions qu’on envoie sur Mars et tout, je vous raconte pas l’angoisse pour moi.

« Si on envoie un labrador sur Mars via la mission spatiale dont le lancement aura lieu en  2019, comment appelle-t-on le labrador? »

Là je me suis concentrée très fort, j’ai regardé mes pieds, le plafond, le rétroprojecteur, un chef, l’autre, de nouveau la table. Celui qui avait posé la question avait un petit sourire en coin satisfait, l’autre cherchait visiblement la réponse comme moi.

Et PAF l’illumination, j’ai lancé la réponse.

Brève, brillante, concise. Je savais ce que je faisais. Sûre de moi.

Ils se sont regardés tous les deux en opinant du chef, ils ont eu l’air très contents de moi, et ils ont accordé qu’ils me gardaient, et qu’ils allaient même proposer à la direction de m’augmenter de salaire et de grade parce que là, grosse classe, j’étais faite pour le poste. J’étais hyper fière de moi, genre les chevilles qui enflent et tout, et on est allé arroser ça en descendant à la cafeteria des étudiants pour boire un coca, la grosse fête du slip quoi (ha désolé pour le champagne on repassera plus tard, ici c’est la recherche, on n’a pas d’argent.).

Voilà, qui l’eut cru ? En fait, j’étais faite pour la science depuis toujours.

PS : La réponse, pour le labrador sur Mars, c’est qu’on l’appelle un marchien.

 

 

 

2 Comments on La question de l’augmentation

  1. Iris in London
    12 janvier 2016 at 16 h 55 min (1 année ago)

    J’aime cet espèce de doute « elle est pas sérieuse !  » 🙂

    Répondre
  2. Appolonie
    12 janvier 2016 at 17 h 16 min (1 année ago)

    Chère Iris, je certifie que toute cette scène parfaitement pas sérieuse s’est déroulée exactement comme je l’ai racontée sans altération scénaristique de ma part!

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :