La politesse, c’est essentiel.

Camille Cabaillot Lassalle (1839-1888), Chez le vendeur d’oiseaux

 
Ca me fait penser à la scène mythique du perroquet dans « La folie des grandeurs », grand classique cinématographique chez moi (sous-titre, on l’a regardé approximativement 3847 fois et maintenant on rigole avant même les gags tellement on le connait par coeur…)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :