Beethoven, Chopin et le dégrippant WD40

Mes petites ombellifères planétaires,

L’autre jour j’étais en train de jouer avec mon piano et j’ai été confrontée à un grave problème musical. Pour info, j’ai fait du piano 10 ans quand j’étais petite, après j’ai arrêté un bon moment, et après j’ai décidé il y a 6 mois de m’y remettre. Du coup j’ai acheté un clavier que je massacre allégrement, vu que j’ai repris la pratique mais pas de cours pour le moment (mes voisins doivent être ravis)(oui bon ça va j’aurais pu me mettre au trombone aussi hein!).

Bref je jouais. Sonate au Clair de Lune de Beethoven. Genre la grosse galère à m’en dépatouiller, c’était vachement difficile pour moi vu mon niveau de lamantin. Mais je m’en suis sortie quand même (des semaines de jurons et de salade de doigts). Du coup j’entame une petite valse chopinesque vachement plus facile pour m’en remettre. J’étais assez contente de moi…

Sauf que…

Mon tabouret de piano couine quand je joue et que je me penche d’un côté ou de l’autre. ET C’EST JUSTE INSUPPORTABLE.

Du coup je n’entends plus que les couinement du tabouret au lieu d’écouter ce que je joue, ce qui n’améliore pas mon niveau d’exécution, j’aime autant vous le dire. C’est à peu près aussi obsédant et horripilant qu’une chaussure qui couine. Vous savez, la paire neuve que vous venez d’acheter et il y a une des deux chaussures qui couine, mais pas l’autre, ce qui fait « SHOUIIIIIK rien SHOUIIIIIK rien SHOUIIIIIK rien » quand vous marchez.

La grande question que je me pose, c’est pourquoi ce truc a commencé à couiner alors qu’il ne le faisait pas avant ? Ça fait plusieurs jours que ça m’horripile. Peut-être qu’avant je n’y prêtais pas attention ? Ou bien c’est à force de gigoter qu’il s’est mis à imiter un petit goret ?

Bref, sur la suggestion d’une amie, plutôt que de racheter un tabouret neuf après avoir jeté celui-là par la fenêtre, j’ai décidé d’intervenir au WD40. Je vais t’en coller un bon pschit dans les jointures du machin tu vas voir un peu y va pas faire le malin longtemps…

Me voilà furibarde à 22h dans ma salle de bain en train d’opérer ce malheureux tabouret qui agonise en couinant les pattes en l’air.

ON VA PAS QUAND MÊME SE LAISSER POURRIR CHOPIN PAR UN TABOURET DE MES DEUX, JE M’EN CHARGE ASSEZ BIEN COMME CA MOI-MÊME VU COMME JE JOUE MAL.

Provocation, répression, 15 minutes après je le remets devant le piano et me balance compulsivement dessus tel un ouistiti sur sa branche, l’oreille tendue… Plus un bruit. Le soulagement. Merveille. Joie. Comme quand la chaussure qui fait SHOUIIK arrête enfin ce bruit saugrenu.

Et voilà comment le dégrippant le plus puissant de tout l’univers a sauvé Chopin et Beethoven (mais pas les oreilles de mes voisins).

 

Enregistrer

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :